♦ Chronique Plaisir de France émission électron libre par Odile de Plas sur France Inter 15 nov 2010

♦ Chronique Plaisir de France émission électron libre par Odile de Plas sur France Inter 15 nov 2010

♦ Chronique Plaisir de France émission électron libre par Odile de Plas sur France Inter 15 nov 2010

♦ écouter l'émission ici :

http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/11643-15.11.2010-ITEMA_20...
http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/electronlibre/

♦ La chronique d'Odile de Plas

"Plaisir de France"

C'est un petit gars de Nantes, que ses admirateurs ont longtemps appelé Plaisir de Nantes. Soit exactement l'inverse d'un nom de DJ et plutôt celui d'une pâtisserie un peu désuète, comme le Tourment d'amour créole ou le Saint Honoré, ses choux, sa chantilly aérienne.

Mais Julien Barthe de son vrai nom, est bien DJ. Depuis longtemps d'ailleurs. Les raveurs de la première heure se souviennent de ses sets house toujours impeccables et joyeux à Astropolis, le grand festival électro breton. Un oasis d'innocence dans le monde souvent rude d'Astropolis, majoritairement techno, hardcore et drum'n'bass.

Julien, Plaisir de (libre à chacun de remplir l'espace) c'était mon refuge dans cette grande nuit d'Astro, au mois d'août. J'allais y reprendre un peu de force, entre deux set mitrailleurs de Jeff Mills ou Manu le Malin.

Les vacances terminées, j'avais oublié Julien. Lui avait continué à Nantes et ailleurs, sous un autre nom « Sweetlight ». Un projet qui rendait hommage à l'acid house des débuts. Ses amis s'appelaient alors Tiga, Ivan Smagghe, Trevor Jackson, patron du label Output. Du beau linge donc.

Et puis Julien est réapparu cette rentrée, via des connexions communes. Il avait changé, moi aussi, mais c'est là qu'intervient le miracle de la vie : il s'était mis à la chanson française, comme moi ! Comme toi Didier ! Comme toi Alexis !

Tout est parti d'une idée simple, rééditer pour l'anniversaire d'une amie, le Grand Sommeil d' Etienne Daho, idole des clubbers toutes générations confondues. C'était en 2007. Devant le succès de sa version, Julien a continué l'expérience avec d'autres grands noms de la chanson. En trois ans, il a ainsi remixé douze titres dont certains (Le grand Sommeil notamment) sont disponibles sur internet, avec l'autorisation de leurs auteurs.

Le projet s'appelle Plaisir de France et il est délicieux de bout en bout. Drôle, dansant, léger, malin. Faussement futile comme une nuit passée à danser. Cela donne Pierre Vassiliu dans une boite de nuit à Montpellier, Etienne Daho en plein revival trans, Chagrin d'amour bafouillant au petit matin, Dutronc en mode « repeat », ou Mikado, pépite poétique des années 80, cousins mélancoliques de Niagara, ici boosté au guarana, mais tout ce qu'il y a de naturel.

En fait, Julien coupe, sample, met en boucle, ajoute quelques clavier, mais ne dénature jamais l'original. Il l'oriente parfois, lui donne un air cocasse en répétant les mots, les phrases. Le projet attend son heure de gloire, une maison de disque, la décision de quelques artistes qu'il a élégamment rééditer. Si vous voulez croquer une bouchée, vous pouvez aller sur son myspace. Et réécouter cet édit de Mikado absolument merveilleux, où l'amour fond comme la neige.